Pour ma deuxième journée à Kyushu, j'ai RDV avec mon ami Yuta à 10h devant l'auberge où je loge.

Il me rejoint à vélo, et nous faisons route vers notre premier lieu de visite : Sumiyoshi-jinja, sanctuaire shinto.

Nous révisons ensemble tous les rites (purification, prière...) et j'en apprends de nouveaux, comme par exemple cette petite statuette :

Petite statuette à toucher

Il faut toucher tantôt le ventre, le bras, le poisson... pour soit guérir de la maladie, soit faire prospérer les affaires, etc.

Je lui raconte ensuite la mauvaise fortune que j'ai eue les deux seules fois où j'ai pioché un omikuji.

Il en pioche un lui-même et, contrairement à moi, il tombe sur la bonne fortune !

Nous retournons ensuite à la gare de Hakata, où il dépose sa bicyclette, puis nous nous rendons en métro au parc de Ohori.

Il me fait un peu penser au parc de Vincennes, avec ce immense point d'eau autour duquel beaucoup de gens font ler jogging, et ses nombreux ponts et petits îlots au milieu du lac.

Parc de Ohori

Nous en faisons le tour, puis nous retournons en direction de la gare afin d'aller manger dans le quartier central de Fukuoka, Tenjin. En chemin, nous nous arrêtons dans un petit magasin nommé "Lentement", qui vend de vieux objets pour la plupart de fabrication française : des pots à l'ancienne pour stocker la farine, le café..., de la vaisselle en tout genre, de vieux magazines des années 60, des vieilles cartes et affichettes publicitaires.

Nous discutons un peu avec la patronne, une japonaise qui a passé une dizaine d'années en France, à Bordeaux. Effectivement, son français est très bon et sans accent !

Arrivés à Tenjin, Yuta m'emmène dans une petite crêperie aux allures bretonnes, et surtout françaises.

Crêperie bretonne

Je me régale donc d'une galette provençale, en plein Japon ! (j'ai oublié de faire une photo, mais là vous savez tous à quoi ça ressemble, normalement !)

En fond sonore, je reconnais du Bénabar, Les Innocents, Tryo... et j'admire les quelques affiches de films français qui ornent l'endroit.

Après avoir repris des forces, direction le sanctuaire Daizafu Temman-gu. C'est un lieu où les étudiants ont l'habitude de se rendre pour y implorer leur réussite aux examens. Effectivement, nous regardons de plus près les voeux écrits et suspendus sur les plaquettes en bois et la volonté de réussir un examen de lycée ou d'université revient très souvent.

Au retour, nous faisons un peu les boutiques de souvenirs et nous nous arrêtons dans un Starbucks à l'architecture pour le moins originale (donc nous avait parlé la patronne de la boutique "Lentement").

Yuta me propose de venir manger un yakinikudon chez lui, en compagnie d'une amie. J'accepte volontiers, et nous partons faire les courses. Il me laisse les commencer seul pendant qu'il va ranger un peu son appartement. Je prends donc les légumes qui m'inspirent et la viande. A son retour, Yuta corrige mon panier et le complète (j'avais pris des légumes non appropriés à la grillade !).

Nous nous rendons chez lui et commençons la préparation jusqu'à l'heure d'aller chercher son amie Cico (chinoise vivant depuis 7 ans au Japon) à la gare. Nous faisons connaissance, elle est très sympathique. Tous deux sont des personnes vraiment intéressantes et amusantes.

Nous dînons donc tous ensemble sur une table chauffante, très courante au Japon, tout en écoutant plusieurs des très nombreux vinyles que possède Yuta. Le repas est délicieux, la soirée passe vite et agréablement.

Au retour, Yuta retourne prendre son vélo à la gare et me raccompagne gentiment. Le vendredi soir est légèrement plus animé que les autres soirs, quelques salarymen ayant bien picolé !

Voilà donc une deuxième journée à Kyushu très sympathique et le sentiment d'être dans un lieu un peu moins touristique que les précédents.